En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Cliquez pour agrandir

Copyright David Ledan

RNR Marais de Brière

Située au nord de l’estuaire de la Loire et placée sur la grande voie de migration des oiseaux qui se reproduisent dans le nord-ouest de l’Europe, la Réserve naturelle régionale (RNR) et les marais briérons, s’inscrivent dans un ensemble de zones humides complémentaires : estuaire de la Loire, lac de Grand-Lieu, Marais Breton, Baie de l’Aiguillon, Marais Poitevin. Les grandes étendues d’eau de février-mars recouvrant les prairies offrent une nourriture variée aux oiseaux hivernants. Les stationnements d’oiseaux sont permanents dès juillet et s’amplifient à l’automne lors de la migration post-nuptiale. De part son étendue, la Brière constitue la seconde zone humide de France après la Camargue.

 

Environnement

La Réserve naturelle régionale « Marais de Brière » s’étend sur 836 hectares au coeur du Parc naturel régional de Brière.
Elle se compose de trois sous-entités géographiques. Le site de la réserve des Grands Charreaux (610 ha) et le site de la réserve du Charreau de Pendille (201 ha) se situent dans le Marais indivis de Grande Brière Mottière, soit 811 ha sur la commune de Saint-Joachim. Le site de la réserve Pierre Constant (25 ha) borde le Marais indivis dans le marais privé de Rozé, au sud de l’île de Fédrun (est de la Brière) sur la commune de Saint-Malo-de-Guersac.

La Commission Syndicale de Grande Brière Mottière (CSGBM), représentante des propriétaires du Marais indivis de Grande Brière Mottière, a été créée en 1838. Cette commission est composée de 21 syndics, désignés par les Conseils municipaux des communes concernées (1 par commune). La notion d’indivision implique l’accord de tous les propriétaires avant toute modification, quelles qu’elles soient (modification physique, adhésion des communes, etc.). Conscients à la fois des richesses qu’abrite le Marais indivis et de l’importance de mettre en place des réserves de chasse et de pêche, les copropriétaires ont créé deux réserves de chasse en 1973, puis en 1989, dans le marais indivis. En 2001, elles sont devenues « Réserve naturelle volontaire », statut abrogé en 2002.

Un enjeu de préservation largement partagé

Impliqués dans la gestion du marais briéron, le Parc naturel régional de Brière et la Commission syndicale de la Grande Brière Mottière ont poursuivi leur travail de concertation avec les acteurs locaux (Syndicat mixte d’aménagement hydraulique du bassin du Brivet, associations de chasse et de pêche, de promeneurs en chaland, et de naturalistes...). Une volonté conjointe de préserver ce joyau naturel a conduit les propriétaires et acteurs locaux à engager une démarche de labellisation en RNR afin de maintenir la valeur patrimoniale et pédagogique du site. La réserve Pierre Constant et les deux réserves du marais indivis constituent les réserves de chasse et pêche historiques en Brière.

Le Parc naturel régional de Brière et la Commission Syndicale de Grande Brière Mottière ont été désignés co-gestionnaires du site de la RNR par le Conseil régional des Pays de la Loire.

Le Conseil régional des Pays de la Loire a classé le site « Marais de Brière » en Réserve naturelle régionale le 19 novembre 2012. La Région assure un accompagnement technique et financier à hauteur de 40 % du coût des actions menées dans le cadre du plan de gestion.

Une exploitation traditionnelle ou expérimentale

La mosaïque de milieux du site est le résultat de l’exploitation humaine historique (exploitation de la tourbe, pâturage des prairies, coupe du roseau, gestion des plans d’eau, création et entretien du réseau hydrographique). Pour éviter que le site ne se comble naturellement, les gestionnaires ont mis en oeuvre différentes actions : gestion ou restauration par pâturage des prairies inondables, restauration de plans d’eau, curage régulier du réseau de canaux. Par ailleurs, la RNR constitue des zones d’expérimentation de renaturation des milieux, ou encore de contrôle des espèces envahissantes (Ecrevisse de Louisiane, Jussie, Myriophylle). Les initiatives et l’expérience acquise pourront ensuite bénéficier à un plus large territoire.

Actions

Des actions concrètes pour l’avenir du site

Le plan de gestion, exigé par le label de Réserve naturelle régionale (RNR), va permettre de préserver le patrimoine naturel du site, mais aussi de poursuivre et de développer une fonction de vitrine pédagogique.

  • La gestion traditionnelle et l’entretien du milieu La gestion de la roselière, des prairies et l’entretien des plans d’eaux et canaux permettront de conserver des espèces d’intérêt régional : Butor étoilé, Phragmite aquatique, Gorgebleue à miroir blanc de Nantes, Loutre d’Europe, brochet, anguille... Des expérimentations de contrôle d’espèces envahissantes permettront de mutualiser les savoir-faire.
  • L’amélioration des connaissances L’acquisition de connaissances complémentaires (nouveaux inventaires, cartographie précise des groupements végétaux et espèces à enjeu régional) permettra de conduire et d’évaluer au mieux la gestion des milieux. La RNR contribue aussi aux programmes de suivis concertés au niveau régional ou national tel le programme national d’actions en faveur du Butor étoilé.
  • L’accueil du public et l’éducation à l’environnement La Maison de la réserve du site Pierre Constant (site de Rozé) permet de disposer d’une vitrine des richesses naturelles de l’ensemble de la RNR et de la Brière, et de valoriser le savoir-faire des acteurs locaux. Un observatoire, à accès permanent et libre, sera installé dès l’été 2015 en complément de ceux présents sur l’actuel circuit de découverte.

Favoriser la conservation des habitats et des espèces

Ces opérations s’appuient sur le maintien des activités pastorales (pâturages bovins et équins) et une gestion hydraulique permettant la maîtrise des niveaux d’eau, qui sont plus hauts en début de printemps. La préservation de la quiétude du site, est également un facteur déterminant pour l’accueil des oiseaux.

 « Avec les Réserves naturelles régionales, la Région contribue à la préservation de la biodiversité. »

Les milieux naturels des Pays de la Loire sont d’une grande variété et d’une étonnante richesse. Particulièrement fragiles, ils doivent faire l’objet de toutes les attentions pour qu’aujourd’hui et demain nous puissions vivre dans un environnement préservé, inépuisable source d’émotions.
Depuis 2007, la Région des Pays de la Loire a engagé une politique globale et innovante de préservation de la biodiversité. Elle attribue le label RNR à des sites offrant un réel intérêt en matière de faune, de flore, de patrimoine géologique ou paléontologique.
Aujourd’hui, un réseau de 19 RNR est constitué, permettant la préservation et la gestion de 2 500 ha de nature. Il joue un rôle important dans la préservation des espèces menacées puisqu’il abrite les deux tiers des animaux et un quart des plantes identifiés comme rares et menacés sur notre territoire.
L’attribution de ce label s’accompagne d’un suivi technique de la Région qui peut financer jusqu’à 50 % des actions entrant dans le cadre du plan de gestion du site.

Mot(s) clef(s)

L'actu en images

Conseil Régional des Pays de la Loire
Hôtel de la région 1, rue de la Loire 44966 Nantes Cedex 9
accueil@paysdelaloire.fr - 02 28 20 50 00